Association Landes Graves Palus Environnement

Renouveau du site

lundi 1er novembre 2021, par Delpech

Le site de LGPE, était inopérant depuis 2017. Nous avons voulu le réactiver et il renait sous l’appellation "LGPE67". Il allait de soi de réfléchir à la place qu’il occuperait dans notre association. Cela passait obligatoirement par une rétrospective de la vie de LGPE depuis sa création en 2003. Nous nous sommes donc plongés dans la relecture du registre des Assemblées générales depuis ses origines : Que d’idées, d’interventions, de communications, de courriers restés lettres mortes .. Théodore Monod disait : " Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire, pour l’honneur, mais sans illusion ".
En conséquence, on a révisé les objectifs de LGPE, tels qu’énoncés dans ses statuts : 1°) Inventorier, constituer une documentation, acquérir des connaissances sur le patrimoine naturel et culturel du territoire ; 2°) Porter à la connaissance des élus locaux et de la population des éléments de réflexion sur les actions de conservation, protection des milieux et valorisation par un usage soutenable des ressources locales, des espaces naturels et environnementaux ; 3°) Participer à l’élaboration et au contrôle, lors de la mise en œuvre de la procédure de concertation préalable telle que précisée dans la loi SRU, des documents d’urbanisme ; 4°) Mener toutes sortes d’actions susceptibles d’assurer la protection de l’environnement y compris des actions contentieuses.
Concernant le premier point : "Inventorier, constituer une documentation, acquérir des connaissances sur le patrimoine naturel et culturel du territoire", c’est et cela demeurera une base inaliénable, un fondement, pour une association comme la nôtre.
Deuxième point : Nous disposons d’un site qui s’avère être un outil remarquable pour le "Porter à connaissance" puisque nous pouvons y inscrire et y développer à notre guise documents, études, réflexions, etc.. Il nous appartient de promouvoir son attractivité par la qualité de son contenu. Pour le "porter à la connaissance des élus locaux", la chose est toujours possible mais il ne faut pas s’imaginer qu’il suffit d’avoir quelque chose à dire pour être écouté. Rappelons d’abord que chaque commune dispose d’une commission environnement et d’un délégué environnement à la Communauté de communes, que la Communauté de communes de Montesquieu dispose d’un service environnement de quelques cinq agents, que la Réserve Naturelle Géologique de Saucats-La Brède est aussi fortement impliquée dans les questions environnementales de la CCM (elle est, entre autres, opérateur local pour les deux sites Natura 2000 locaux) , que tous sont impliqués dans l’élaboration de l’Atlas de la Biodiversité de la CCM et le Club biodiversité ; autrement dit, il serait présomptueux de penser qu’ils attendent beaucoup de nous... ; il le serait encore plus de croire que nous pourrions avoir une incidence forte sur leur vision des choses ou leurs programmes.
Pour le troisième point ; " Participer à l’élaboration et au contrôle... des documents d’urbanisme" ..Loi SRU ou pas et même si la marge de manœuvre n’est plus ce qu’elle était en matière d’urbanisation, il serait naïf de croire que des associatifs seraient accueillis à bras ouverts pour participer à l’élaboration d’un PLU. La plupart pour ne pas dire toutes les équipes municipales se révèlent extrêmement jalouses dès qu’il s’agit d’aménagement du territoire.
Pour ce qui concerne le quatrième point : "Mener toutes sortes d’actions susceptibles d’assurer la protection de l’environnement, y compris les actions contentieuses", nous mettrons entre parenthèses le dernier terme : les actions contentieuses exigent des compétences juridiques sérieuses, des disponibilités secrétariales conséquentes et des moyens financiers respectables, toutes choses dont LGPE ne dispose pas en l’état actuel.
Aujourd’hui, une association de protection de l’environnement, telle LGPE, peut-elle être autre chose qu’un "Club de réflexion" où, entre convaincus, on vient se conforter sur la pertinence d’analyses de situations ? Un universitaire, parlant des associations de protection du patrimoine disait : "ces sympathiques clubs du 3ème âge"... Se limiter à cela serait dommage mais, en l’absence de sollicitations particulières (mairies, CCM, Réserve naturelle géologique, ..), nos possibilités d’actions sont restreintes. LGPE n’a de pouvoir que sur ce dont elle a la maîtrise et le compte en est vite fait. Il lui reste , avec l’espérance de quelques réussites : proposer,informer, participer. Le site LGPE67 devrait être l’outil permettant de sortir du cadre de ses adhérents et sympathisants.